hausse fausses annonces immobilieres

Les escroqueries sur Internet sont bien connues de la plupart des internautes, même si beaucoup se font encore avoir par des coups montés tant et si bien que presque n’importe qui pourrait tomber dans le piège.

À l’heure où l’argent est clairement le nerf de la guerre, certaines personnes n’hésitent pas à faire appel à toute leur malhonnêteté pour soutirer de toutes les manières possibles de l’argent aux victimes de ces machinations.

Parmi elles, on retrouve le concept de fausses annonces immobilières, qui peut rapporter beaucoup d’argent au voleur, et donc en faire perdre pas mal aux victimes. Comment cela fonctionne-t-il ? Voyons cela en détails dans la suite de cet article.

Quel est le principe d’une fausse annonce immobilière ?

On ne cesse de le répéter : toujours se méfier de prix anormalement bas. En général, il y a toujours une petite ou grosse arnaque qui se cache derrière un coût bien plus bas que le prix du marché. Nous l’avons dis; l’argent est le nerf de la guerre, et il n’y a rien de plus facile pour appâter quelqu’un que de le toucher en plein portefeuille.

Un prix défiant toute concurrence

Ces arnaques jouent aussi sur le fait qu’il est de plus en plus difficile de se loger par les temps qui courent, surtout à la location. Agences immobilières exigeantes, salaire qui ne semble pas vouloir grimper en même temps que les prix, loyers qui augmentent en 2019, c’est parfois un parcours du combattant pour trouver un logement en location, et ça, les escrocs l’ont bien compris.

Du coup, ils vous proposent une location (à longue durée mais aussi parfois saisonnière) avec un prix défiant toute concurrence, ce qui ne manque pas de vous interpeller lorsque vous recherchez depuis des semaines une opportunité qui ne vient pas. Pour réserver ce logement, le « propriétaire » vous demande une avance, de quoi vous positionner officiellement sur le bien, et pourquoi refuser puisque c’est la meilleure offre du marché ?

Le piège est tendu, la proie appâtée. L’escroc sera déjà bien loin dès lors que vous aurez versé cet « acompte », sachant en plus qu’il utilise généralement la boite mail du vrai propriétaire en la piratant, ce qui rend presque impossible pour un particulier de remonter sa trace.

L’argent n’est pas le seul objectif… en tous cas pas directement

Dans des cas un peu plus rares, les arnaqueurs n’en n’ont rien à faire de votre argent. Ils mettent en ligne de fausses annonces pour une location de vacances, vous demandent de monter un dossier avec des pièces justificatives… et vous ne les revoyez plus jamais. Cette escroquerie leur sert à obtenir certains documents d’identité (carte d’identité, avis d’imposition…), qui peuvent par la suite leur servir à contracter des crédits à la consommation à votre nom. Sympa, non ?

En clair, c’est de l’usurpation d’identité, et il est très difficile dans ce genre de cas de prouver ce qui a été fait par vous ou par un usurpateur. C’est pour cela qu’il est très important de porter plainte si cela devait vous arriver.

Comment se protéger de ce type d’arnaques ?

Dans tous les cas de figure, il est primordial que vous n’acceptiez jamais d’envoyer de l’argent ou des pièces justifiant votre identité avant d’avoir vu le bien et son propriétaire, et de vous être assuré que tout cela est bien réel. Cela peut paraître un peu extrême et méfiant, mais c’est le comportement à adopter si vous voulez vous prémunir de ce genre d’arnaques en ligne.

Un phénomène à la hausse

On pourrait croire qu’avec le temps, les moyens pour se protéger des fausses annonces immobilières ou autres escroqueries en ligne ont évolué. C’est tout à fait vrai, grâce à des algorithmes chargés de détecter les annonces suspectes, mais les arnaqueurs aussi peaufinent leur technique. Il est loin le temps de l’annonce bourrée de fautes d’orthographe, qui sentait l’escroquerie à plein nez : aujourd’hui ces voleurs ont pris le coup, et sont extrêmement convaincants.

De plus en plus répandues sur Internet, on compte pas moins de 7000 fausses annonces immobilières sur l’année 2018. Particulièrement concerné, le site Particulier à Particulier (PAP) voit un quart de ses offres bloquées par les équipes modératrices, car elles sont suspectées d’être des arnaques. Cela représente donc quand même une annonce sur quatre, un chiffre non négligeable quand on sait le nombre d’utilisateurs de cette plateforme, parfois peu aguerris et plus susceptibles de tomber dans le panneau.

De manière générale, le nombre de fausses annonces immobilières (vente, location longue durée, locations saisonnières, etc) a déjà augmenté de 30% par rapport à l’année dernière, et cette année n’est pas encore tout à fait terminée ! Bien que les arnaqueurs risquent jusqu’à sept ans de prison s’ils sont reconnus coupables d’escroquerie en bande organisée (ils ne sont jamais seuls, c’est presque toujours tout un réseau qui organise ces arnaques), il reste très difficile d’obtenir réparation, même en allant porter plainte. Du moins, vous aurez le temps de trouver un autre logement d’ici à ce qu’ils soient retrouvés !